skip to Main Content

Tout sur l'isolation intérieure

L’isolation thermique par l’intérieur est un bon compromis lorsqu’il n’est pas possible d’isoler par l’extérieur. Elle autorise la préservation du cachet du bâti telle qu’une belle façade constituée de pierres apparentes ou ornée de frises ou de sculptures… En présence de modénatures, de balcons ou de baies vitrées, cette solution s’avère également incontournable. Focus sur cette approche.

isolation intérieur

Quelle que soit la nature de la paroi de votre habitat, une isolation thermique s’impose en vue de freiner la fuite de calories au niveau de celle-ci. Il y a 3 manières d’isoler un bâti : l’isolation thermique par l’extérieur ou ITE, l’isolation thermique répartie ou ITR et l’isolation thermique par l’intérieur ou ITI.

Qu’est-ce qu’une isolation par l’intérieur ?

Le principe de l’ITI s’appuie sur l’intégration d’un complexe isolant au niveau de la face interne du mur.  Son principal intérêt est de ne pas dénaturer l’aspect extérieur de la façade. La faible inertie thermique qu’elle offre permet de chauffer rapidement la pièce procurant un confort l’été mais pas en hiver. En effet, l’ITI confère au bâti un déphasage quasi nul. Par ailleurs, l’épaisseur de l’isolant à mettre en oeuvre doit suivre le niveau d’exigence élevé en termes de performance énergétique. Or, cette épaisseur sera en moyenne de 20 cm pour l’isolation des murs, entre 30 et 40 cm pour des combles et d’environ 10 cm pour des planchers au-dessus d’un vide sanitaire. Si la pièce est déjà petite, évitez l’ITI dans la mesure du possible car elle a tendance à beaucoup réduire la surface habitable.

Les techniques disponibles pour une isolation intérieure

Il y a deux alternatives possibles pour poser l’isolation intérieure :

Le doublage collé (système humide)

Il suffit simplement de coller ou fixer l’isolant sur la maçonnerie. Dans ce cas de figure, on utilise fréquemment le polystyrène expansé PSE, le polyuréthane PUR que l’on va venir coller au moyen d’un mortier adhésif

Le doublage sur ossature métallique ou bois (système sec)  

C’est la solution à retenir pour rattraper des murs irréguliers ou inégaux. De plus, l’insertion des câbles et prises ne risque pas d’abîmer l’isolation. Il est possible de recourir à divers isolants.

Les mesures à prendre avant d’entreprendre une ITI

Dans le cadre d’une ITI, l’isolant ne doit être posé que sur une structure saine ne présentant pas de remontées capillaires, d’infiltrations d’eau ni d’humidité. Faire un bilan de l’état du ravalement du mur intérieur s’avère indispensable en vue de ne pas aggraver les dégradations. Des trous ou fissures sur les murs et sur les joints et la façade sont des signes précurseurs. Il est alors impératif de traiter le problème en amont des travaux. En effet, on ne doit jamais recourir à l’ITI pour en faire un cache-misère. Si l’humidité subsiste après les traitements, intercalez l’isolant et le mur d’une lame d’air ventilée.

Ce qu’il faut retenir

L’isolation thermique par l’intérieur et par l’extérieur présentent chacune des avantages et des inconvénients. L’ITI en l’occurrence implique de déplacer les canalisations et gaines, les appliques et interrupteurs etc… Et ce qu’il faut retenir surtout c’est que cette solution reste moins intéressante qu’une isolation par l’extérieur en termes d’économie d’énergie et de performance thermique. Une des raisons pour lesquelles un professionnel du bâtiment vous suggérera plutôt une ITE avant d’envisager cette approche.

Découvrez nos derniers articles

L’isolation thermique des murs par l’intérieur

Les murs constituent les sources de 25 % des pertes…

En savoir plus

Tout savoir sur l’isolation mur dans son épaisseur ou intégrée

Tout savoir sur l’isolation des murs dans leur épaisseur ou…

En savoir plus

Isolation intérieure

Zoom sur l’isolation thermique intérieure De quoi parle t-on? L’isolation…

En savoir plus

La notion de confort thermique

Le confort thermique est une notion récurrente dès qu'il s'agit…

En savoir plus
Back To Top