skip to Main Content

Les normes à suivre pour l’isolation thermique

Les normes et réglementations thermiques régissant l’isolation n’ont cessé d’évoluer en vue de répondre aux enjeux des constructions écologiques. Les propriétaires y gagnent en économie d’énergie. Et avec la réduction palpable de gaz à effet de serre, la planète ne s’en portera que mieux ! Voici un tour d’horizon sur les normes d’isolation existant en France.

Vérification de l'isolation thermique des murs d'une maison par un architecte afin de suivre les normes et réglementations thermiques.

C’est dans le but d’inciter les propriétaires à construire de façon éco-responsable que le gouvernement a mis en place les différentes normes d’isolation. Le but étant d’imposer un standard d’isolation afin d’obtenir une isolation thermique de qualité. Le tout vise à réduire la consommation d’énergie de chaque foyer pour en faire des bâtiments de basse consommation ou BBC. Les normes et réglementations s’appliquent ainsi au neuf qu’à l’existant.

La réglementation thermique de 2012 ou RT 2012

L’application de la RT 2012  a débuté à l’issue du Grenelle de l’Environnement, en 2013. L’ultime objectif est depuis lors d’améliorer l’efficacité énergétique du bâti. Elle englobe différents objectifs tels qu’une limitation globale de la consommation énergétique annuelle à 50kWh/m2 au maximum pour chaque logement. Cette norme implique également l’usage de l’architecture bioclimatique, une limitation de la température intérieure en été justifiant de l’efficience de l’isolation etc… Elle s’applique uniquement aux logements neufs individuels ou collectifs et inclut des obligations précises de la part du constructeur. Les attestations de conformité à la RT 2012 sont attribuées en 2 temps par des spécialistes agréés. La première avec le permis de construire, et la seconde après vérification de la conformité du logement. Toutefois, les maisons construites avant 2013 ne sont de fait pas concernées par cette norme mais par une norme plus ancienne : la RT 2007.

La réglementation thermique de 2007

Lors des travaux de rénovation, on tiendra compte de la RT 2007 s’il s’agit d’une ancienne construction antérieure à 2013. Les normes sont alors définies suivant les performances thermiques des matériaux entrant dans la conception du bâti. Par conséquent, il convient de vous assurer du respect des normes de cette RT 2007 dès l’achat de vos matériaux. A titre d’exemple,  le coefficient de transmission thermique (Uw) d’une paroi vitrée ne doit pas excéder 2, 6W/m2.K etc…

La RT 2018

La RT 2018 intéresse les propriétaires aspirant à réaliser des travaux de rénovation au sein de leur habitat. Le niveau de performance des matériaux est accru. Ces derniers doivent donc se conformer aux nouvelles valeurs stipulées dans l’arrêté du 22 mars 2017 et non celui du 3 mai 2007. Cette RT s’applique aussi bien à l’existant qu’au neuf. A une condition toutefois : la surface de la maison individuelle nouvellement construite ne doit pas dépasser les 50m2 ou bien si elle est dotée d’extensions, celles-ci devront être de la même surface. En rénovation, les extensions n’excèdent pas les 30 % de l’existant et à 150 m de celui-ci. Cette RT  permet au propriétaire d’effectuer 8 postes de travaux un à un suivant ses possibilités. Cependant, plusieurs d’entre eux font l’objet d’une contrainte d’augmentation de performance énergétique suivant les différentes zones climatiques (H1,H2,H3).

Normes et réglementations 2020

Depuis 1974, date de la première réglementation thermique en France, le secteur du bâtiment évolue dans une dynamique continue d’amélioration énergétique. C’est dans ce contexte que la RT 2020 viendra remplacer la RT 2012. Cette réglementation thermique rassemble les normes relatives à la construction de bâtiments à énergie positive ou des maisons passives. En dehors de la limitation de la consommation d’énergie, sa particularité est de favoriser l’économie d’énergie grâce au concept innovant de bâtiment autonome. L’habitat n’est conforme à la RT 2020 que lorsque sa consommation en chauffage est inférieure à 12kWhep par m2 et que sa consommation énergétique globale incluant éclairages, appareils électriques, chauffage etc… n’excède pas les 100 kWH /m2. Cette réglementation exige l’implication du propriétaire ou de l’utilisateur dans une démarche de transition énergétique. Elle vise aussi à déboucher sur le zéro gaspillage. Mais elle incite également à la production d’énergie. Comme son nom le laisse présager, l’entrée en vigueur de cette norme a été prévue vers la fin de l’année 2020 même si des expérimentations ont déjà été conduites en 2018 auprès de bâtiments publics. Toutefois, au vu des difficultés techniques et financières actuelles, son application risque de n’avoir lieu qu’en 2025.

Découvrez nos derniers articles
Back To Top