skip to Main Content

D'où viennent les déperditions thermiques d'une maison

D’où viennent les déperditions thermiques de la maison ? Cette question a certainement dû vous effleurer l’esprit. Notamment si vous ressentez chez vous un certain inconfort en hiver et manquez de perdre conscience par la surchauffe l’été. Dans cet article, on vous indique les sources du problème et les solutions pour y remédier.

Image infrarouge des flux thermiques d'une maison pour repérer les déperditions thermiques

Améliorer ses dépenses énergétiques est de bon sens. A condition toutefois que l’on prenne soin d’isoler correctement son logement afin de supprimer toutes les sources de pertes de chaleur. En effet, à défaut d’une bonne performance énergétique, votre habitat va laisser s’échapper les chaleurs produites par tous les points faibles de la structure. De plus, une maison mal isolée revient très cher à chauffer.

Détecter les sources de déperditions thermiques

Déceler les différents facteurs de pertes de chaleur en amont de l’isolation ou des travaux de rénovation permet d’être assez facilement fixé sur les travaux à prioriser. Parmi les moyens les plus sûrs, le recours à la caméra thermique ou bien au bilan thermique. La caméra va détecter tous les défauts d’isolation tels que les ponts thermiques à l’aide d’une thermogramme. La deuxième méthode quant à elle repose sur le calcul du bilan thermique de chaque pièce de l’habitat. Sont inclus le volume à chauffer en m3 et l’écart de température entre l’intérieur de la pièce et l’extérieur, ainsi que le coefficient G. Ce dernier indique la puissance requise pour chauffer la pièce ou le bâtiment. Plus le coefficient G est petit (se rapprochant de 0,5), plus la performance énergétique de la maison peut être considérée comme élevée.

Points faibles d’une maison

Connaître les points faibles de la maison permet d’anticiper la façon la plus efficace pour agir dessus. Selon les études, voici par ordre d’importance les différentes sources de déperditions thermiques courantes :

Le toit et les combles, responsables d’un tiers des pertes de chaleur

Ce sont les postes les plus importants de pertes d’énergie car la chaleur a tendance à s’évaporer vers le haut pour s’échapper par cet espace. Très exposée au vent, cette partie de la maison est la principale zone de contact entre l’intérieur et l’extérieur. Le problème peut provenir d’une manque d’isolation à cet endroit ou d’une présence de pont thermique entre les tuiles.

Les murs responsables, d’un quart des fuites de chaleur

Souvent, l’isolation des murs en France se fait par l’intérieur. Soucieux de garder un volume habitable raisonnable, le propriétaire a tendance à recourir à un isolant manquant d’épaisseur.

Les renouvellements d’air présentent un cinquième des pertes de chaleur

Les fuites d’air émanent des cheminées, huisseries, gaines électriques etc… On a tendance à les oublier pourtant, les petites fuites représentent l’équivalent d’une porte ou fenêtre non fermée.

Les vitrages des portes et fenêtres sont responsables de 15% des ponts thermiques

Les fenêtres modernes sont fabriquées en usine, avec des processus bien maîtrisés. Cela leur permet de répondre à des critères d’exigences imposés par les normes. Mais même s’ils n’arrivent qu’en 4è position, leur isolation n’est surtout pas à négliger.

Les sols et les planchers arrivent en avant dernière position avec 5% des pertes

Ce sont surtout les planchers bas des anciennes constructions qui manquent d’isolation. Pourtant, quand le sol n’a pas été traité, cela procure une sensation d’inconfort accrue. En présence de cave, vide sanitaire ou terre-plein, les déperditions sont plus conséquentes.

Les ponts thermiques à l’origine de 5% de déperditions thermiques

Ils surviennent surtout aux zones en contact direct avec l’environnement extérieur. On parle de pont thermique en présence d’une discontinuité entre l’isolation et les parois de la structure. On les rencontre notamment sur les points de jonction comme planchers/façades, façades/toiture etc… ainsi que les portes et fenêtres, balcons etc…

Comment remédier aux déperditions thermiques ?

Avant de penser à investir dans un système de chauffage plus performant et sans doute onéreux, la solution la plus profitable et de penser à l’isolation de l’ensemble des parois de sa maison. L’isolation des combles est primordiale. La technique sera différente pour des combles aménagés et des combles perdus.

Dans la mesure du possible, une isolation par l’extérieur sera l’idéale pour l’isolation des murs. Pour les ouvertures, le mieux est de recourir au double vitrage ou triple vitrage. Pour consolider  l’isolation des fenêtres et portes, utilisez des matériaux isolants tels le bois, l’alu ou le PVC. Pensez également à l’isolation des sols et planchers pour atteindre une performance énergétique optimale.

En plus de valoriser votre patrimoine, une isolation thermique renforcée procure toute l’année un confort thermique et acoustique. Sans oublier le retour d’investissement en termes d’économies de chauffage qu’elle offre dans le moyen et le long terme.

Découvrez nos derniers articles
Back To Top