fbpx skip to Main Content

Passoire thermique : ce qu’il faut savoir à ce sujet

Passoire Thermique : Ce Qu’il Faut Savoir à Ce Sujet

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

En France, un logement sur quatre est considéré comme une passoire thermique, d’après les chiffres de l’Anah ou l’Agence nationale de l’habitat. En effet, on recense plus de 4,8 millions de maisons énergivores dans le pays, et qui sont occupées par des propriétaires aux ressources modestes.

Déjà dans une situation délicate, ces ménages paient des factures d’énergie exorbitantes alors que le confort de leur habitation est quasiment inexistant. De plus, les émissions de CO2 émanent principalement de ces logements en précarité énergétique. Afin de les éradiquer, l’Etat a fait de la lutte contre les passoires thermiques une priorité nationale, et s’engage à les éradiquer progressivement d’ici 2028.

Définition d’une passoire thermique

Sur toutes les lèvres depuis la Convention citoyenne pour le climat, le sens du terme passoire thermique peut parfois nous échapper. En effet, le fait qu’une maison soit une passoire thermique n’a rien à voir avec son état d’insalubrité ou de délabrement.

Une habitation considérée comme une passoire thermique n’a pas la faculté de retenir la chaleur à l’intérieur, la rendant très énergivore. Ce sont majoritairement des anciens bâtis construits avant 1975 et qui n’ont jamais été isolés ou dont les techniques d’isolation mises en place sont archaïques.


Comment savoir si son logement est une passoire thermique ?

Sont considérées comme des passoires thermiques ou énergétiques, des maisons qui consomment de l’énergie à hauteur ou au-delà de 330 kWh/m²/an. Elles sont souvent classées F ou G.  En hiver, une passoire énergétique consomme beaucoup en chauffage. Inversement, les fortes températures s’accumulent à l’intérieur durant l’été. Le logement se chauffe et se rafraîchit très difficilement.

À l’origine de cette absence de confort, un défaut d’isolation thermique. Les ponts thermiques ou les parois par lesquelles la chaleur s’échappe peuvent y être nombreux, à l’instar des contours des ouvertures, la toiture ou les murs. Ces maisons manquent souvent d’étanchéité. La consommation énergétique ainsi que le classement du logement sont respectivement inscrits dans le DPE ou le diagnostic de performance énergétique du logement.

À l’échelle nationale, ce sont 45 % des consommations énergétiques du pays qui sont représentés par ces passoires thermiques. À elles seules, ces maisons mal ou non-isolées engendrent en France près de 25 % des émissions de gaz à effet de serre.

Comment faire en sorte que sa maison ne soit plus une passoire thermique ?

Pour qu’une habitation sorte de son statut de passoire thermique, il n’y a pas trente-six solutions. Il faut améliorer ses performances énergétiques. À cet effet, il faut passer par quelques étapes.

Faire un bilan énergétique

Le seul moyen de savoir si son habitat est une réelle passoire thermique ou non consiste à effectuer un bilan énergétique. Un expert réalise cet audit énergétique ou bilan thermique avant d’établir un diagnostic thermique. Un ensemble d’éléments sont à mentionner dans ce document. Le premier est l’étiquette énergétique et l’étiquette climat.

Tandis que la première porte sur les dépenses en énergie occasionnées par le bâti, la seconde met en exergue le taux de CO2 émis par celui-ci dans l’atmosphère. En dehors de ces indications, ce diagnostic va aussi contenir des recommandations et des conseils. Ceux-ci porte sur les travaux à envisager dans le but d’augmenter les performances énergétiques du logement.

Supprimer la passoire thermique avec l’isolation thermique

Une passoire énergétique étant une maison mal isolée, il faut réaliser l’isolation thermique de la maison. Et il faut que celle-ci se fasse en bonne et due forme. Cela va l’aider à avoir un meilleur classement climat et énergie. Avec une isolation correcte, on parviendra facilement à réduire ses pertes thermiques. 30 % de celles-ci proviennent de la toiture, 25 % des murs. Les fenêtres et les planchers bas représentent respectivement 15 % et 10 % des pertes de chaleur.

D’où, l’isolation de la toiture et des combles sera une priorité. S’ensuit l’isolation des murs. Pour les fenêtres, le double vitrage est une recommandation, tout comme l’isolation des planchers bas. Si l’on veut avoir des résultats pertinents, rien ne vaut de faire appel à un professionnel ou d’un artisan RGE.

Faire installer un système de chauffage économique et efficace

Une des recommandations des professionnels consiste également à équiper sa maison d’un chauffage. Ce système sera à la fois économe en énergie et efficace. Cela contribue à ce que celle-ci ne porte plus l’étiquette de « passoire énergétique ». Parmi les meilleures solutions, la pompe à chaleur, le chauffage solaire, le chauffage au bois. La chaudière à bûches ou à granulés est aussi une alternative…

En France, ce sont encore 4,8 millions de logement qui sont des passoires thermiques. L’État prévoit de les éliminer petit à petit en les obligeant à rénover et à réaliser un audit énergétique. Dès 2021, l’augmentation des loyers est interdite pour ce type de maison. Mais en dehors de ces mesures, le Gouvernement prévoit aussi des aides et subventions. Les principales sont MaPrimeRénov et la Prime énergie pour inciter aux travaux de rénovation énergétique.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici
Back To Top