fbpx skip to Main Content

L’isolation d’un chalet en bois : notions à savoir sur les performances des isolants

L’isolation D’un Chalet En Bois : Notions à Savoir Sur Les Performances Des Isolants

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

L’isolation du chalet en bois s’effectue avec des techniques variées. En même temps, l’opération peut se faire avec plusieurs choix de matériaux isolants. C’est ce qui fait que le devis va aussi être plus ou moins élevé, suivant que la construction à isoler est un chalet bois en kit ou un autre modèle.

L’isolation du chalet en bois : notions à savoir sur ses performances

La performance est le premier critère qui devrait dicter votre choix pour l’isolant à retenir et la technique à adopter. Effectivement, le prix à supporter pour ce projet devrait rapidement être récupéré par les économies engendrées par des factures énergétiques en baisse. Ces dépenses sont liées au combustible ou à l’électricité dépensés pour chauffer le chalet.

En France, la réglementation oblige tout fabricant à indiquer clairement la performance du produit isolant sur son emballage ou sa fiche technique. Elle servira de référence pour l’acheteur pour ce qui est de la qualité du produit. Seule la performance validée par un laboratoire accrédité par l’État sera valable. Un autre organisme s’assure de garantir la fiabilité du produit, en menant un contrôle régulier au sein de l’usine productrice.

Le calcul de la performance isolante du matériau

Obtenue par le rapport de l’épaisseur de l’isolant sur sa conductivité thermique, la valeur de la performance isolante d’un matériau est exprimée en m²K/W. Dès que le résultat fait plus de 0,5m² K/W, le produit est déclaré isolant.


La performance du matériau est considérée comme excellente à mesure que le chiffre obtenu va croissant. C’est ainsi qu’un isolant à 6m²K/W sera moins isolant qu’un autre avec une performance de 8m² K/W. Les fenêtres et les murs devant obéir à des normes moins dures, ces mesures ne concernent généralement que l’isolation de la toiture.

Bons à savoir pour vos travaux d’isolation de chalet en bois 

En dépit du caractère isolant naturel du bois, les cabanes en rondins doivent aussi faire l’objet d’une bonne isolation au même titre que les maisons standards. Une raison à cela est que les bûches utilisées, même épaisses, ne protègent pas contre les rudes températures hivernales.

Les types d’isolants courants pour l’isolation d’un chalet en bois

Comme les techniques d’isolation pour une maison en chalet de bois, différents produits isolants peuvent aussi s’utiliser. Pour bien les maintenir en place, les produits sont à recouvrir d’une couche de contreplaqué. Les isolants les plus courants pour l’isolation d’un chalet en bois sont :

  •      Le carton, qui a pour avantage de se couper facilement à l’aide d’un couteau aiguisé. Cette mousse épaisse est prise en sandwich dans une couche isolante thermique.
  •      La laine de roche qui peut s’acheter en packs. Son épaisseur et sa qualité influent généralement sur son prix.
  •     La fibre de bois : souvent fabriqués en bois de pins nordiques, ces coques habitables sont relativement déjà bien isolées. Mais des revêtements efficaces sont à prévoir pour conforter l’isolation du chalet en bois. Sous réserve de sa qualité et en fonction du nombre de ses couches, la fibre de bois détient les meilleures performances.
  •      La laine de chanvre, le verre cellulaire, la laine de mouton, le coton, le textile recyclé, la plume de canard sont moyennement satisfaisants.
  •     Le polystyrène, qui n’est pas naturel, mais fabriqué par l’homme. En bas du classement, le polystyrène PSE et XPS délivrent des résultats inférieurs, probablement à cause de leur fine épaisseur. Mais en dépit de ses performances moindres, ce produit est quand même populaire, car c’est une solution très abordable.

Un constat qui amène à déduire que le côté naturel des matériaux joue sur leurs performances. Si cela est vrai en partie, c’est en fait le nombre de couches et l’épaisseur d’un isolant qui sont mesurés et qui sont vraiment déterminants pour ses performances. Les matières, quelles qu’elles soient, voient leur propriété originelle augmenter, une fois traitées en industrie.

L’épaisseur variable des isolants

Des matières naturelles comme la fibre de bois ou la laine de coton sont généralement disponibles en monocouche de 20 cm. Celles-ci avancent un coefficient R=5 ou 5,5. Les plumes, le chanvre et la laine de mouton ne vont pas au-delà de 12 cm. Ce qui induit le maitre d’ouvrage à installer au moins deux couches d’isolant s’il veut respecter l’objectif en termes de résistance totale.

L’isolation du chalet en bois dans le neuf ou en rénovation

Ce qui est formidable en procédant à l’isolation du chalet en bois dans le neuf, c’est que cela soustrait aux révisions éventuelles à faire en amont des travaux. En rénovation, une vérification de l’état de la toiture est obligatoire. En cas d’attaque de xylophages, il va falloir faire établir un diagnostic par un spécialiste et effectuer les traitements. C’est seulement après qu’on posera le revêtement isolant pour ne pas nuire à la structure du toit.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici
Back To Top