fbpx skip to Main Content

Pont thermique : conséquence d’une défaillance d’isolation

Pont Thermique : Conséquence D’une Défaillance D’isolation

: trouvez des

Demandez des devis aux de votre région pour .

Le pont thermique se forme là où une paroi présente une discontinuité de l’isolation. Résultat : des fuites de chaleurs qui impactent non seulement sur le confort, mais surtout la consommation énergétique qui n’arrête pas de gonfler.

Les ponts thermiques survenant donc à l’intersection de deux parois, sont à traquer et à traiter car ils peuvent causer entre 5 et 10% des déperditions thermiques. Ces fléaux peuvent dégrader tout aussi bien la structure du bâti car là où il y a pont thermique, il n’est pas rare de trouver des condensations et des moisissures

Isolation thermique : les types existants de pont thermique

Le pont thermique linéique

Le pont thermique linéique apparaît en fonction des moyens ou matériaux mis en œuvre pour la réalisation de l’isolation. Ils apparaissent la plupart du temps à la jonction d’un plancher bas et d’un mur extérieur ou d’un mur de refend. On peut aussi en trouver entre un mur de refend et un mur extérieur, entre le balcon ou plancher intermédiaire et un mur extérieur. Une jonction de deux murs extérieurs et celle entre un mur extérieur et un plancher haut ou toiture terrasse peuvent intégrer un pont thermique linéique.

Le pont thermique structurel

Le pont thermique structurel ou ponctuel est évitable dans la mesure où il résulte d’un défaut de mise en œuvre de l’isolation.  Il se situe au niveau des volets roulants encastrés, de la structure des fenêtres, des diverses prises électriques comme celle de l’antenne ou du téléphone. Le pont thermique structurel peut se trouver aussi sur les fixations. Si l’isolation par l’extérieur est moins favorable à l’apparition du pont thermique, en aucun cas, cela ne veut dire qu’il faut le négliger quand on effectue ce type d’isolation. Effectivement, il peut surgir entre le mur extérieur et le plancher bas.


Pont thermique au niveau de l’isolation : quelles sont ses conséquences ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les ponts thermiques ne sont pas sans conséquences. A vrai dire, ils ne sont bons ni pour votre porte-monnaie, ni pour votre logement.

Des consommations élevées en chauffage

Comme nous venons de le voir, le pont thermique sont les endroits où un défaut d’isolation provoque des fuites thermiques. L’air chauffé va donc partiellement se refroidir, et de façon directe, au niveau de ces ponts thermiques. En vue d’assurer leur confort, les occupants de la maison sont tentés à tout moment de faire monter le chauffage, occasionnant un surplus de consommation.

Un confort amoindri par les sensations de parois froides

Des sensations de parois froides se créent à cause d’un écart entre la température ambiante de la pièce et celle des ponts thermiques. Un inconfort que le corps humain ne manquera pas de ressentir et qui lui donnera l’impression d’être exposé à un courant d’air froid particulièrement désagréable.

Des condensations à l’origine des moisissures des parois de la structure

Les condensations sont souvent des signes indicateurs d’un pont thermique, même si la maison bénéficie d’une isolation. L’humidité créée dégradera petit à petit l’isolation, et à long terme, la structure du mur. En fait, ce sont les condensations superficielles, celles qui ne sont pas à l’intérieur du mur, qui génèrent souvent les moisissures. On gagne donc toujours à éviter les ponts thermiques dès la réalisation de l’isolation. A moins qu’ils ne soient déjà installés, là, il faut les traquer et les traiter.

Un pont thermique dans l’isolation : comment le détecter ?

Il faut s’intéresser particulièrement aux jonctions et interstices entre les parois de la structure et les raccords de la structure pour trouver le pont thermique qui nuit à l’isolation d’un bâtiment. Recourir à des catalogues répertoriant les différents emplacements des ponts thermiques peut faciliter les démarches. Autrement, des outils comme la caméra thermique servent également à identifier les déperditions thermiques.

Toutefois, l’interprétation des résultats ne relève pas toujours des compétences des particuliers, étant donné que cela requiert des connaissances spécifiques en la matière. Ce qui revient à dire que la traque aux ponts thermiques est généralement à confier à un professionnel. A titre indicatif, la valeur Psi en W/m.K permet de quantifier les pertes de chaleur occasionnées par un pont thermique. Un Psi faible indique que le pont thermique a été bien traité.

Les techniques pour réduire ou supprimer le pont thermique

La RT 2012 n’a pas retiré les garde-fous contre les ponts thermiques. Cela se traduit concrètement par une Ratio Q<0,28:(m²SHONRT.K). Dans l’optique de limiter les ponts thermiques structurels, elle oblige à tester la valeur maximale d’infiltration d’air, notamment au niveau des finitions. Les volets roulants qui exigent une découpe propre, un bon choix de fenêtre qui intègre des rupteurs de pont thermique, des projections d’enduits isolants peuvent contribuer à limiter les ponts thermiques. En outre, on peut aussi se servir des retours d’isolants, et des rupteurs pour lutter contre cette faille de l’isolation.

Devis

Jusqu'A  3 devis en 5 minutes.
Cliquez ici
Back To Top